Anatomie, régime alimentaire et reproduction chez la carpe

Avant de pouvoir jeter la canne à l’eau, tout carpiste doit connaître le poisson qu’il convoite afin de pouvoir anticiper ses réactions ou même accomplir les bons gestes lors des sorties de pêche. Il est donc primordial de se renseigner avant de pêcher la carpe.

Nous allons évoquer l’anatomie, le régime alimentaire et le système de reproduction chez la carpe.

Autrement dit, nous allons passez en revue les principaux points qui forment la biologie de la carpe.

L’anatomie de la carpe, de A à Z !

La carpe étant un poisson, elle possède une anatomie particulièrement adaptée au milieu aquatique. Nous avons étudiez son anatomie pour vous !

La tête, une fonction essentielle

Comme la plupart des poissons, la carpe possède des branchies qui lui permettent d’extraire l’oxygène de l’eau. Ces branchies remplacent les poumons que l’on trouve habituellement sur la plupart des êtres vivants.

Anatomie générale de la carpe

Anatomie de la carpe (© Julien Charra).

Sur la partie supérieure de sa tête, la carpe possède deux yeux qui lui permettent d’avoir un angle de vision large de 98°. Ce champ de vision lui permet de détecter les mouvements qui se produisent devant elle dans l’eau  et au-dessus d’elle hors de l’eau.

La carpe peut se fier à son goût développé et à son toucher grâce à ses barbillons courts et longs situés autour de sa bouche.

Elle possède aussi des narines qui lui permettent d’avoir un odorat sensible. Ses narines sont placées entre sa bouche et ses yeux.

Les barbillons et son odorat permettent à la carpe de trouver sa nourriture dans les eaux profondes des étangs et des lacs.

Son corps, partie essentielle pour les déplacements

Sur la surface de son corps, la carpe possède des écailles appelées « cycloïdes » qui ont la particularité d’être lisses, fines et souples. On trouve généralement ce type d’écailles sur les poissons blancs.

Le squelette massif de la carpe lui permet de supporter ses muscles et son cerveau. Son squelette se compose des os de la tête, d’un axe vertébral et des arrêtes. Les muscles de la carpe lui servent à la propulsion et lui permettent aussi de respirer.

Aux deux extrémités de son corps, on trouve d’un côté les nageoires qui lui  servent à se déplacer et à s’orienter dans le milieu aquatique et de l’autre sa tête où se situe son cerveau. Ce dernier présente les principales fonctions psychomotrices.

La carpe dispose d’une nageoire dorsale et d’une nageoire caudale puissantes qui lui permettent de se mouvoir facilement et d’échapper à ses prédateurs naturels.

Son corps visqueux est recouvert intégralement ou partiellement d’écailles (selon les variétés de carpes) à l’exception de la carpe cuir qui n’en possède pas.

Globalement, la carpe dispose de tous les attributs qui lui permettent de vivre dans le milieu aquatique et d’échapper à ses prédateurs naturels.

Régime alimentaire et digestion chez la carpe

Le régime alimentaire et l’appareil digestif de la carpe sont étroitement liés. En effet, une connaissance de l’appareil digestif nous donne des indications sur les types d’aliments que peut ingérer la carpe.

Par exemple, pour les carnassiers qui ne disposent pas d’estomac, les proies passent directement vers l’intestin où elles sont digérées.

Son régime alimentaire

La carpe est un poisson omnivore. Elle se nourrit principalement d’algues, de jeunes pousses, d’invertébrés (vers, petits crustacés et larves d’insectes) et de débris végétaux et plus rarement d’alevins.

Pour trouver sa nourriture, la carpe fouille les fonds à l’aide de sa bouche protractile, c’est-à-dire une bouche qui peut s’allonger vers l’avant. Elle avale ses proies en les aspirant.

Le processus de digestion

L’appareil digestif de la carpe est une succession d’étapes par lesquels les aliments transitent.

Le début de ce processus commence dès l’entrée de la bouche et se poursuit par la cavité buccale et l’œsophage pour ensuite mener vers l’estomac qui sécrète le suc digestif nécessaire à la transformation des aliments.

Ensuite, les aliments transformés poursuivent leur route vers l’intestin où ils sont lentement digérés. La fin du processus de digestion prend fin avec l’anus.

Le processus de digestion est un processus lent et long qui permet à la carpe de collecter l’énergie nécessaire à son bon fonctionnement et à sa bonne santé.

Reproduction de la carpe

La période de reproduction de la carpe se situe entre les mois de mai à juillet quand l’eau se réchauffe et atteint 19°C. Cette période correspond à peu près au début de l’été.

Dès que les conditions sont réunies, les femelles  gagnent les eaux peu profondes ainsi que les prairies inondées pour y déposer leurs œufs (180 000 par kilo de leur poids en moyenne) qui adhèrent à la végétation aquatiques.

Ces lieux de fraies permettent aux carpes de protéger les œufs d’éventuels prédateurs mais aussi de les exposer à la lumière nécessaire pour leur éclosion.

Une fois que les femelles ont déposé leurs œufs,  les mâles viennent les féconder en émettant leur laitance.

Après une période d’incubation de 4 à 8 jours, les alevins voient le jour et grossissent rapidement à condition que le milieu soit riche en nourriture et la température adaptée.

En fonction des étangs et des lacs, les conditions peuvent être différentes et donc faire varier les délais d’incubation et de développement des alevins.

Les principales variétés de carpes peuvent se croiser pour donner naissance à des carpes hybrides.

Par exemple, la carpe peut se croiser avec un poisson rouge (oui, vous avez bien lu!) ou même avec un carassin, poisson de la même famille que les carpes (famille des cyprinidés) mais qui a un gabarit plus petit et qui ne dispose pas de barbillons autour de la bouche.

Carpe hybride

Un exemple de carpe hybride: une carpe croisée avec un poisson rouge.

Pour ce qui est de sa longévité, la carpe peut vivre plusieurs dizaines d’années si les conditions de son milieu de vie le permettent. Généralement, elle vit une vingtaine d’années au maximum.

La carpe est un poisson fascinant d’un point de vue anatomique mais aussi d’un point de vue d’adaptation avec son régime alimentaire particulier. Voici en synthèse, les principales informations à connaître sur la carpe.

CE QU’IL FAUT RETENIR
1. Un corps puissant et robuste adapté au milieu aquatique.
2. Un poisson d’eau douce omnivore.
3. Une période de reproduction entre les mois de mai et juillet.

Connaissez-vous d’autres informations indispensables que vous souhaitez partager sur la carpe ?

Améliorez votre façon de pêcher la carpe !

1 à 2 emails par mois pour vous aider à attraper des carpes.

Rejoignez nos abonnés qui utilisent déjà nos astuces avec succes !

10 commentaires

  • Philippe

    Très bon article 🙂
    Comment çà se fait que la carpe peut se croiser avec d’autres poissons?

    Je pensais que seul l’homme pouvait le faire

  • André

    Bonjour Philippe,

    La carpe est un cyprinidé ce qui signifie qu’elle appartient à la famille des poissons blancs d’eau douce. Le poisson rouge ou d’autres poissons d’eau douce (comme ceux cités dans notre article) peuvent donc se reproduire entre eux pour donner naissance à des poissons hybrides.
    C’est un peu comme si on croisait deux espèces de chiens pour donner naissance à un nouvel spécimen hybride.

    A bientôt

  • Philippe

    Ok çà marche. Merci pour ces infos

  • Manon Adam

    Super site ! Je le recommande et le diffuserai ! Cordialement. PS : Je reviendrai

  • Mickaël Mickaël

    Bonjour Manon,

    Merci pour votre commentaire.
    A bientôt

  • Micka

    Bonjour je viens de me découvrir une véritable passion pour la carpe est grâce à vôtre article j’en connaîtrai un peut plus sur la carpe .je vous en remercie et je partagerait votre site merci encore

  • Mickaël Mickaël

    Bonjour Micka,

    C’est vrai que la pêche à la carpe est une passion qui fascine.
    C’est avec plaisir si notre site vous aide à découvrir cette passion et ainsi grossir les rangs de la communauté des carpistes.

    Bonne pêche et à bientôt !

  • akrouti nabil

    Chez nous en Algérie on ensemence nos plans d’eau presque avec des alevins de carpes chinoises, et cela ce fait presque chaque année, mais notre problème est que l’on trouve que nos pécheurs ont des difficultés pour trouver du poisson au niveau de ces plans d’eau.

    Et j’aimerai bien savoir est ce que les carpes ensemencées peuvent avoir une reproduction naturel dans ces milieux ?

  • Mickaël Mickaël

    Bonjour Nabil,

    En général, les carpes ensemencées peuvent se reproduire de façon naturelle. Le choix de la méthode d’ensemencement par des alevins joue un rôle important.

    Par exemple, introduire des alevins de 2-3 jours est plus délicat que d’introduire des alevins âgés de 10-15 jours. Les alevins de 2-3 jours doivent disposer de suffisamment d’oxygène au risque de mourir très vite.

    La température de l’eau et son oxygénation ont un impact important sur la reproduction des carpes en eaux closes (étangs, gravières, lacs). La qualité des plans d’eau est donc très importante.

    Pour ce qui est de la difficulté de vos carpistes à trouver des carpes, elle peut être due à plusieurs facteurs comme :

    > Difficulté de trouver de la nourriture adaptée et en quantité suffisante au régime alimentaire des carpes
    > Proportion élevée de carnassiers dans vos plans d’eau
    > Accessibilité et variété des lieux de fraie pour les carpes, etc.
    > Niveau de l’eau pas suffisante sur vos plans d’eau pour créer des espaces de fraie.
    > Méthodes utilisées pour obtenir des alevins (reproduction stimulée ou hormonale)

    En plus de ces facteurs, le mode de transport des alevins de carpes a aussi un impact sur leur bonne acclimatation sur les plans d’eau.

    Cela influe directement sur le taux de survie des carpes relâchées. Les carpes et plus particulièrement les carpes chinoises sont sensibles au stress ce qui affecte leur acclimatation.

    Comme vous pouvez le voir, la reproduction des carpes est un moment important et délicat.

    Elle tient à de nombreux facteurs que vous pouvez suivre grâce à des études au fil du temps. Vous pouvez aussi mener des actions pour recenser les populations de carpes sur vos plans d’eau.

    A noter que la reproduction artificielle des carpes a une incidence sur leur patrimoine génétique. Leur patrimoine devient plus pauvre au fil des générations de carpes. Pour réduire ce phénomène, vous pouvez varier vos sources d’alevinages.

  • Hilaire

    Bonjour à l’équipe,

    Je vous remercie pour ces informations très complètes. Cela va m’aider à devenir un bon carpiste.
    Depuis 6 mois, je fais de la pisciculture. Votre article m’aide aussi à mieux comprendre le fonctionnement des carpes (anatomie et régime alimentaire).

    Je recommanderai votre site à tous mes amis carpistes.

    Bon courage et bonne continuation !

Vous avez aimé ? Réagissez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *